Nos essais: le sixième cycle

Que le temps passe vite. Nous sommes déjà au 6ème cycle… une demi-année. Si je peux être franche avec vous, je n’aurais jamais pensé être aussi impatiente de tomber enceinte. Je sais très bien que 6 mois ce n’est pas grand-chose mais je ne peux m’empêcher de me dire que si nous avons un souci pour concevoir, nous allons nous en rendre compte quand j’aurais 35 voire 36 ans. Je préfèrerais savoir plutôt que d’essayer dans le « vide ». Mon côté control-freak certainement qui ressort!

En attendant les rouges!

Les douleurs pré-menstruations se font plus légères et je les prends comme un challenge: supporter ces douleurs, ne pas prendre de Perdolan Femina, montrer que je suis forte!

Souvent, quand j’ai mes règles, l’Homme me dit d’un air insouciant: « Qu’est-ce que ca va être l’accouchement? ». Et je sais qu’il ne pense pas à mal, mais dans ma tête c’est un torrent de question: Et si je n’étais pas capable de supporter cette douleur? Suis-je trop douillette?

Puis je me dis, qu’il n’a jamais vécu le genre de douleur pré-menstruelle et qu’il ne comprendra jamais.

Semaine 1: Une question de génération?

Mes règles sont arrivées alors que je terminais le livre: Enceinte? Tout est possible de Renée Greusard. J’ai dévoré ce livre, qui est plutôt destiné aux femmes enceintes mais m’en fou! Je vais vous préparer un article sur ce livre détaillé, mais cette semaine, je repense beaucoup au début de ce livre. Elle y interviewe une amie (je pense) qui lui indique que notre impatience est due à notre génération. On réfléchit tellement à nous maman que quand on se sent prête et qu’on a pris la décision, il ne faudrait plus attendre. C’est dans l’état d’esprit dans lequel je me sens pour ce nouveau cycle. J’ai attendu d’avoir une bonne situation (un toit sur la tête, un super boulot, de l’argent de coté), mais 6 mois d’attente entre la décision de fabriquer un mini-nous et maintenant… c’est long. Mais comme on dit, patience est mère de vertu… donc je vais patienter jusqu’à ce que mon tour arrive!

Sinon, dans la vie, ceux qui me suivent sur Instagram l’ont peut être vu (pour les autres, piqure de rappel c’est par ici: RosePistache2020 ), nous avons adopté un chaton qui s’appelle Maiko. Geisha (notre chatte) s’habitue doucement à sa présence, en même temps, quand on habite dans un loft, il y a pas trop de choix (vu qu’on ne peut pas isoler le chaton pour faire la transition en douceur)!

Semaine 2: Entraînement aux nuits difficiles

Maïko et Geisha ne sont pas encore à dormir l’un contre l’autre, mais jouent ensemble. Il y a vraiment du progrès. Ceci nous rassure. Par contre, comme tous les chatons, Maïko ne veut que jouer! Et dès 6 heures du matin! Que l’homme soit en shift de nuit, weekend ou non! Il nous réveille et nous nous relayons pour celui qui descendra s’en occuper pour laisser l’autre dormir… c’est un peu notre entrainement!

Nous n’arrivons pas à être rigoureux dans notre régime. J’ai pas mal de soucis au bureau ce qui fait que la déprime s’installe et la fatigue mentale m’épuise littéralement. Et vu que je mange avec mes émotions… Il faut absolument que je me reprenne. Mais ça se sera lundi!

Semaine 3: Et que l’attente commence

Troisième semaine qui commence sur le fameux jour de l’ovulation! Comme pour les cycles précédents, je ressens de légère douleur un peu avant. Signal pour confirmer ceci avec un test d’ovulation qui s’avère être ce que j’en attendais: positif.

A ce moment du cycle, qui est en soi le culminent de celui-ci, j’ai toujours une mauvaise impression. Aléa Jecta Est! Donc maintenant, l’attente commence. Plus possible de faire marche arrière pour améliorer certaines de nos actions, plus possible d’entreprendre quelque chose pour optimiser nos chances. Les dés sont jetés.

Semaine 4: Déprime

Je ne sais pas si c’est une question de cycle (syndrome pré-menstruel) ou le confinement (retour au homeworking forcé) ou encore la vie (beaucoup de frustrations liées à mon travail) mais la déprime s’installe. Malgré ma bonne volonté, je n’y arrive plus. Le régime, la motivation, se bouger, …

Heureusement, j’ai rendez-vous chez ma thérapeute début de semaine prochaine. Je vais prendre ce rendez-vous, comme une opportunité de mettre un peu d’ordre dans mes idées et surtout de penser à moi!

Ma liste d’achats pour ce sixième cycle:

Ceci devient un rituel, un livre par mois. Ce mois-ci c’est Grossesse, le guide des copines de Vicki Iovine

La note de ce mois s’élève donc à 7,20€.

Conclusion de ce sixième cycle d’essais bébé:

Cette année 2020 est clairement très éprouvante. Pour tout le monde j’en suis certaine. Il nous faut sortir de cette spirale de négativité et de limaçage (le fait d’être mou tout le temps). Plus que de la volonté, il nous faut être persévérant!

J’ai beaucoup de chance d’avoir l’Homme à mes cotés. Et même si j’aimerais être traité plus comme une princesse, je dois apprécier ce que j’ai et ne pas me retourner sur les frustrations du passé. Ma vie est ce que j’en fais d’elle!

Alors on se reprend et on garde espoir!

❤️Des bisous et des pistaches 😘

Partages!

Un commentaire pour “Nos essais: le sixième cycle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut